Thème

« L’UNIVERSITE DE DEMAIN, DU FUTUR EN AFRIQUE »

Le Business School, un futur de l’Université

14 & 15 FÉVRIER 2019
ABIDJAN

Présidence Scientifique
Prof HAUHOUOT Asseypo Antoine
Président de l’Académie Ivoirienne (ASCAD)
Président Honoraire de l’Université Félix Houphouët-Boigny

I/ CONTEXTE & PROBLÉMATIQUE


L’histoire de l’université, comme institution sociale dans les sociétés de la
« modernité » est marquée par le langage des institutions dites de performance organisationnelle, ou institutions d’excellence, par une culture de conception et développement de programmes universitaires, de gestion stratégique, d’évaluation institutionnelle.

De nombreuses analyses institutionnelles, des grands organismes (UNESCO, BANQUE MONDIALE) à l’Association des Universités Africaines (AUA) révèlent qu’au regard des paradigmes de performance organisationnelle, ou institutions d’excellence, les universités d’Afrique subsaharienne sont en « pannes ».

Les histoires de cas des universités publiques, mais aussi privées en Côte d’Ivoire, illustrent cette situation de crise.

La problématique actuelle se résume : crise de l’excellence, soit dit encore, doute posé sur la qualité (scientifique, pédagogique, organisationnelle) et la pertinence (professionnelle, institutionnelle, sociale, environnementale) des programmes universitaires
de Recherche Scientifique et de Formation de Diplômés. Et cela compose avec un corolaire
l’impossible changement, comme réforme institutionnelle (africanisation, modernisation),
2
malgré les analyses d’information, les ateliers de formation aux méthodologies d’invention du
changement institutionnel, la planification stratégique, entre autres.
En 1987, le Directeur Général de l’Unesco (MAYOR, 1987) s’adressait au monde
universitaire en ces termes : « De nos jours, l’Université peut-elle encore devenir une
institution efficace ? Ne faut-il pas créer une autre Université ou une institution qui
remplacerait celle qui est dépassée et incapable de se ressaisir ? »
C’est encore, aujourd’hui, une problématique institutionnelle actuelle de l’Université
en Afrique subsaharienne.
Il précisait sa pensée d’une alternative institutionnelle, dans une réponse à la question qui
lui était posée au Congrès international (Caracas, avril 1991) : « à quoi sert l’université ? »
« La mission de l’Université, c’est surtout la création, le développement de la
recherche scientifique, l’innovation et l’invention. Je parle bien d’une Université de
qualité qui ne se contente pas de décerner des titres souvent vides de contenus.
D’une Université vigilante, capable de voir au delà du présent, vouée à la quête de
nouvelles voies vers un avenir meilleur… Cette université devra pleinement s’intégrer
à un monde caractérisé à la fois par des menaces de dimensions planétaires et par
des possibilités immenses et s’adapter au rythme de la vie contemporaine et aux
spécificités de chaque pays. Pour toutes ces raisons, la réforme institutionnelle,
comme celle de l’Idée de l’université, constitue un élément essentiel du changement
global de la société qui apparaît comme à la fois légitime et urgente à l’aube du prochain
millénaire »
C’est le CONTEXTE FONDATEUR de l’UNIVERSITE TAHARQA SARÊ qui fait signe au
futur de l’Université en Afrique subsaharienne en ce nouveau millénaire, attentive, avec
une identité ou culture institutionnelle, aux nouveaux enjeux de l’histoire mondiale et
africaine avec les impératifs qui font obligation de rompre avec les systèmes institutionnels
actuels de l’Université.
II/ OBJECTIF
L’UNIVERSITE TAHARQA SARÊ, avec ce colloque, vient présenter un garant scientifique
de sa Vision, de sa Philosophie institutionnelle, son CERCLE D’ANALYSE
INSTITUTIONNELLE des Organisations Universitaires en Afrique subsaharienne (CEAOUA)
avec une thématique : l’idée de l’université de demain, du futur en Afrique
subsaharienne avec l’analyse d’une catégorie institutionnelle, Problématique et enjeux de
l’Ecole Universitaire du Management (Business School) dans l’Université Africaine
Subsharienne.
Les communications peuvent être :
 de forme classique scientifique de questionnement et de décryptage théorique,
 ou de réflexion diagnostic, prospective,
 ou de formulation de pistes ou orientation stratégiques,
 ou encore de présentation de cas illustrant des problématiques .
3
III/ COMITE SCIENTIFIQUE
HAUHOUOT ASSEYPO, Professeur Titulaire, Université Félix Houphouët-Boigny, Président
KOUAKOU N’GUESSAN François, Professeur Titulaire, Université Alassane Ouattara, Viceprésident
BENSLIMANE Adda, Professeur Titulaire, Université Montpellier III
ALOKO-N’GUESSAN Jérôme, Directeur de Recherche, Université Félix Houphouët-Boigny
KOKOUA Alexandre, Professeur Titulaire, Université Félix Houphouët-Boigny
BAHA BI YOUZAN, Professeur Titulaire, Université Félix Houphouët-Boigny
DIBY KOUADIO Augustin, Professeur Titulaire, Université Félix Houphouët-Boigny
DRISSA KONE, Professeur Titulaire, Université Félix Houphouët-Boigny
AKA ADOU, Professeur Titulaire, Université Félix Houphouët-Boigny
ABBE N’DOUMY Noel, Professeur Titulaire, Université Alassane Ouattara
BAZOUMANA N’DA Lazare, Professeur Titulaire, Institut National Polytechnique Houphouët-
Boigny
ESSANE Séraphin, Directeur de Recherche, Université Félix Houphouët-Boigny, Université
Taharqa Sarê


I/ CONTEXTE & PROBLEMATIQUE
L’histoire de l’université, comme institution sociale dans les sociétés de la
« modernité » est marquée par le langage des institutions dites de performance
organisationnelle, ou institutions d’excellence, par une culture de conception et
développement de programmes universitaires, de gestion stratégique, d’évaluation
institutionnelle.
De nombreuses analyses institutionnelles, des grands organismes (UNESCO,
BANQUE MONDIALE) à l’Association des Universités Africaines (AUA) révèlent qu’au
regard des paradigmes de performance organisationnelle, ou institutions d’excellence, les
universités d’Afrique subsaharienne sont en « pannes ». Les histoires de cas des universités
publiques, mais aussi privées en Côte d’Ivoire, illustrent cette situation de crise.
La problématique actuelle se résume : crise de l’excellence, soit dit encore, doute
posé sur la qualité (scientifique, pédagogique, organisationnelle) et la pertinence
(professionnelle, institutionnelle, sociale, environnementale) des programmes universitaires
de Recherche Scientifique et de Formation de Diplômés. Et cela compose avec un corolaire
l’impossible changement, comme réforme institutionnelle (africanisation, modernisation),
2
malgré les analyses d’information, les ateliers de formation aux méthodologies d’invention du
changement institutionnel, la planification stratégique, entre autres.
En 1987, le Directeur Général de l’Unesco (MAYOR, 1987) s’adressait au monde
universitaire en ces termes : « De nos jours, l’Université peut-elle encore devenir une
institution efficace ? Ne faut-il pas créer une autre Université ou une institution qui
remplacerait celle qui est dépassée et incapable de se ressaisir ? »
C’est encore, aujourd’hui, une problématique institutionnelle actuelle de l’Université
en Afrique subsaharienne.
Il précisait sa pensée d’une alternative institutionnelle, dans une réponse à la question qui
lui était posée au Congrès international (Caracas, avril 1991) : « à quoi sert l’université ? »
« La mission de l’Université, c’est surtout la création, le développement de la
recherche scientifique, l’innovation et l’invention. Je parle bien d’une Université de
qualité qui ne se contente pas de décerner des titres souvent vides de contenus.
D’une Université vigilante, capable de voir au delà du présent, vouée à la quête de
nouvelles voies vers un avenir meilleur… Cette université devra pleinement s’intégrer
à un monde caractérisé à la fois par des menaces de dimensions planétaires et par
des possibilités immenses et s’adapter au rythme de la vie contemporaine et aux
spécificités de chaque pays. Pour toutes ces raisons, la réforme institutionnelle,
comme celle de l’Idée de l’université, constitue un élément essentiel du changement
global de la société qui apparaît comme à la fois légitime et urgente à l’aube du prochain
millénaire »
C’est le CONTEXTE FONDATEUR de l’UNIVERSITE TAHARQA SARÊ qui fait signe au
futur de l’Université en Afrique subsaharienne en ce nouveau millénaire, attentive, avec
une identité ou culture institutionnelle, aux nouveaux enjeux de l’histoire mondiale et
africaine avec les impératifs qui font obligation de rompre avec les systèmes institutionnels
actuels de l’Université.
II/ OBJECTIF
L’UNIVERSITE TAHARQA SARÊ, avec ce colloque, vient présenter un garant scientifique
de sa Vision, de sa Philosophie institutionnelle, son CERCLE D’ANALYSE
INSTITUTIONNELLE des Organisations Universitaires en Afrique subsaharienne (CEAOUA)
avec une thématique : l’idée de l’université de demain, du futur en Afrique
subsaharienne avec l’analyse d’une catégorie institutionnelle, Problématique et enjeux de
l’Ecole Universitaire du Management (Business School) dans l’Université Africaine
Subsharienne.
Les communications peuvent être :
 de forme classique scientifique de questionnement et de décryptage théorique,
 ou de réflexion diagnostic, prospective,
 ou de formulation de pistes ou orientation stratégiques,
 ou encore de présentation de cas illustrant des problématiques .
3
III/ COMITE SCIENTIFIQUE
HAUHOUOT ASSEYPO, Professeur Titulaire, Université Félix Houphouët-Boigny, Président
KOUAKOU N’GUESSAN François, Professeur Titulaire, Université Alassane Ouattara, Viceprésident
BENSLIMANE Adda, Professeur Titulaire, Université Montpellier III
ALOKO-N’GUESSAN Jérôme, Directeur de Recherche, Université Félix Houphouët-Boigny
KOKOUA Alexandre, Professeur Titulaire, Université Félix Houphouët-Boigny
BAHA BI YOUZAN, Professeur Titulaire, Université Félix Houphouët-Boigny
DIBY KOUADIO Augustin, Professeur Titulaire, Université Félix Houphouët-Boigny
DRISSA KONE, Professeur Titulaire, Université Félix Houphouët-Boigny
AKA ADOU, Professeur Titulaire, Université Félix Houphouët-Boigny
ABBE N’DOUMY Noel, Professeur Titulaire, Université Alassane Ouattara
BAZOUMANA N’DA Lazare, Professeur Titulaire, Institut National Polytechnique Houphouët-
Boigny
ESSANE Séraphin, Directeur de Recherche, Université Félix Houphouët-Boigny, Université
Taharqa Sarê

S'il vous plaît suivez et aimez nous:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *